Suisse : des scientifiques réussissent à communiquer avec des patients totalement paralysés

Les patients sont tous atteints de la maladie de Charcot, qui paralyse peu à peu tous les muscles, y compris ceux de la parole. La communication a pu être établie grâce à une interface ordinateur-cerveau.

Des scientifiques d’un centre de recherche suisse ont réussi à communiquer pour la première fois avec des patients totalement paralysés, et découvert qu’ils pouvaient être… heureux.

Les quatre patients avec lesquels une communication a pu être établie grâce à une interface ordinateur-cerveau sont tous atteints de la maladie de Charcot, ou sclérose latérale amyotrophique. Le physicien britannique Stephen Hawking en est atteint depuis l’âge de 21 ans.

Cette maladie neuro-dégénérative les empêche de faire le moindre mouvement. Un état connu comme le « locked-in-syndrom complet », parce qu’ils sont totalement prisonniers de leur corps et ne respirent que grâce à une machine. Ils ne peuvent même plus cligner de l’œil, une méthode de communication rendue célèbre dans le best-seller Le Scaphandre et le Papillon de Jean-Dominique Bauby.

Une expérience menée sur quatre patients

Les scientifiques, qui ont publié cette étude dans la revue scientifique américaine PLOS Biology (en anglais), ont mesuré les niveaux d’oxygène dans le cerveau grâce à une méthode non-invasive.

Cette méthode leur a permis de savoir si les patients répondaient « oui » ou « non » à une série de questions. Les chercheurs ont déterminé qu’ils avaient répondu correctement sept fois sur dix.

Les questions allaient de choses banales, comme « Le prénom de votre mari est-il Joachim ? » ou encore « Berlin est-elle la capitale de la France ? », à des sujets plus intimes et émotionnels. Ainsi, les chercheurs ont demandé à l’un des patients si sa fille devait épouser son petit ami et il a répondu « non » à neuf reprises.

Lire la suite de cet article : Suisse : des scientifiques réussissent à communiquer avec des patients totalement paralysés

Soutenez une équipe Francaise de l’INRIA qui travaille sur les interfaces Cerveau ordinateur

Posted in La recherche !.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.