RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES: Maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie.

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES (synthèse réalisée par Pierre Riabtchouk de l’association France Dépendance , notre partenaire )

Maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie.

Constat

L’espérance de vie ne cessant d’augmenter, (elle est passée entre 1960 et 2015 de 67 à 79 ans pour les hommes et de 73,6 à 85 ans pour les femmes), la population des personnes âgées de plus de 80 ans va doubler entre 2010 et 2060 pour représenter 8,4 millions de personnes en 2060. Le nombre de personnes âgées dépendantes passera de 1, 15 M en 2010 à 1,55 M en 20130 et 2, 3M en 2060 soit 11% de la population, ce qui aura une incidence énorme sur le cout de la prise en charge de la dépendance.

La population des personnes dépendantes est difficile à évaluer car déterminée par le GIR qui n’est pas apprécié de la même façon en fonction des évaluateurs. C’est pour cette raison que le CNSA travaille à l’élaboration d’un référentiel d’évaluation plus objectif.

A l’heure actuelle, le taux de dépendance est de 8% chez les personnes âgées de 60 ans et plus

  • De 17% chez les 75 ans et plus
  • De 20% chez les 85 ans et plus
  • De 63% chez les 95 et plus

L’évolution du nombre de personnes dépendantes va dépendre de l’évolution de l’espérance de vie en bonne santé et surtout de l’évolution du nombre de patients atteints de la maladie d’Alzheimer (900000 actuellement) et de l’évolution de ses traitements.

En 2011, les personnes bénéficiant de l’APA étaient 722000 pour l’APA à domicile et 478 200 pour l’APA en établissement.

Des personnes dépendantes retardent leur entrée en établissement du fait d’un manque de moyens financiers ou de crainte que le cout ne soit prélevé sur leur succession.

Parfois le refus d’aller en établissement vient du fait que la famille préfère gérer la personne dépendante malgré le cout et l’énergie dépensée, ce qui entraine une moindre qualité de la prise en charge.

Certaines personnes isolées ne demandent aucune aide faute d’informations malgré un niveau de dépendance élevé.

90% des français expriment une préférence pour la prise en charge à domicile, sachant que plus les revenus sont élevés, plus l’hébergement en établissement est privilégié.

Mesures souhaitées par les aidants

Le maintien à domicile repose en grande partie sur le soutien apporté par les proches aidants (8,3 M de personnes selon l’ANESM). Pour les personnes âgées vivant en couple, l’aidant principal est le conjoint (80%), plus l’âge avance, plus se sont les enfants qui prennent le relais.

Demandes des personnes âgées et des familles

  • Besoin d’information : à peine plus de la moitié s’estiment bien informés des solutions disponibles pour faire face au risque de la dépendance.
  • Besoin d’informations sur les procédures administratives.
  • Importance d’une bonne orientation vers les services pouvant aider et accompagner lespersonnes.
  • 70% des proches aidants ressentent le besoin d’être bien informés (enquête nationale del’association française des aidants). Ils souhaitent être informés par les services de proximité, enparticulier les mairies.
  • La demande de compétence des intervenants à domicile vient avant le cout ou la capacité de nouer des relations avec la personne dépendante.
  • Attente de soutien des pouvoirs publics. Les français souhaitent que les pouvoirs publics s’impliquent dans la prise en charge des personnes dépendantes.

 

En pratique, les pouvoirs publics français s’impliquent plus que les pays du sud ou de l’est de l’Europe, mais moins que les pays du nord.

L’exemple Allemand

En France, en 2011, la création d’une assurance dépendance obligatoire a été écartée lors du Grand Débat National sur la Dépendance contrairement à ce qui a été mis en place en Allemagne le 1er janvier 1995. A cette date, en Allemagne, a été créée une nouvelle branche de l’assurance maladie gérée par une caisse d’assurance dépendance. Tous les assurés à l’assurance maladie lui sont affiliés (88% de la population). Les 12% restant sont ceux qui ont une assurance maladie privée et qui doivent également contracter une assurance dépendance obligatoire.

Les prestations de cette assurance dépendent du degré de dépendance et peuvent aller jusqu’à 728 euros /mois en monétaire et 1618 euros/mois en prestations en nature.

Une attente de soutien par les pouvoirs publics en baisse
Les Français souhaitent que les pouvoirs publics s’impliquent dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes.
L’État reste le premier acteur dont le public attend cette implication.
Cependant, en 2008 ils étaient 51% dans cette attente, en 2013 ils étaient 41% des sondés, devant les en- fants ou les familles des personnes concernées (16 % en 2008 20 % en 2013)

Mesures en cours en France

Une enquête lancée en 2015 par la DREES dénommée « CARE Ménages » poursuit 3 objectifs principaux :

  • Mesurer l’évolution de la dépendance.
  • Estimer le reste à charge lié à la dépendance.
  • Mesurer l’implication de l’entourage auprès de la personne âgée.

Cette enquête a pour but de mieux apprécier les situations de dépendance et de cerner les besoins afin de mieux adapter la prise en charge.

Préconisations de la Cour des Comptes

La cour préconise une analyse précise et harmonisée des besoins des personnes dépendantes.

L’offre de services destinés aux besoins des personnes âgées se caractérise par une lisibilité insuffisante. Il faudrait développer une fonction d’orientation chargée d’informer les usagers, de mettre en place les aides et de suivre les actions réalisées pour mieux s’adapter aux besoins de chacun en fonction de son degré de dépendance Cette situation soulève les interrogations suivantes : comment informer et accompagner les personnes âgées dépendantes dans la recherche des solutions qui leur sont les mieux adaptées ? Comment structurer l’offre de services ? Comment favoriser la cohérence des parcours de soins ?

Des instances d’information foisonnantes.
La plupart des acteurs concernés par le vieillissement des personnes âgées ont en effet mis en place des ressources destinées à informer les personnes sur les services et les prestations proposés. Cette évolution est assurément positive. Toutefois, ces ressources sont inégalement réparties et n’assurent pas une complète couverture territoriale. Elles souffrent également des cloisonnements constatés entre le secteur sanitaire et le secteur social.

Il faudra également simplifier les dispositifs de coordination des parcours (PAERPA, MAIA, réseaux gérontologiques) qui forment un réseau illisible.

Il faudra mettre en place une meilleure articulation entre le médecin traitant et l’instance de coordination, elle-même adossée aux structures chargées de l’information des personnes et des familles.

Il faudra développer et généraliser les instruments de partage des informations qui sont nécessaires à une prise en charge performante (répertoire opérationnel des ressources, outil partagé d’évaluation de la situation des personnes, système de communication entre les acteurs et les structures, etc.,)

Une telle évolution sera d’autant plus aisée que l’offre de service sera elle-même mieux structurée pour permettre une meilleure prise en charge.

Recommandations de la Cour des Comptes

  • Fédérer les organismes dispensant l’information et leur donner une meilleure visibilité (DGCS, CNSM)
  • Identifier des structures d’appui aux médecins traitants et aux professionnels de 1er secours pouraccompagner les personnes dépendantes (ARS).
  • Développer et généraliser les outils techniques nécessaires à la coordination (DGCS/CNSA).
  • Amener à son terme la réforme de la tarification des services d’aide et de soins à domicile (DGCS).
  • Simplifier et rationaliser les qualifications et diplômes des intervenants à domicile pour encourager des vocations et pallier au déficit de personnel nécessaire (DGCS).
  • Favoriser le regroupement des services de soins et d’accompagnement à domicile (GCMAS/ARS).
  • Mieux piloter les politiques et cibler les aidesLa politique de maintien à domicile des personnes âgées dépendantes devrait bénéficier d’un pilotage reposant sur une meilleure connaissance des coûts et une coordination plus efficace des multiples acteurs, tant nationaux que territoriaux. Par ailleurs, les aides et les financements devraient être mieux ciblés et assurer un meilleur soutien aux ménages.La multiplicité des acteurs et des sources de financement complique le chiffrage du coût de la dépendance des personnes âgées et, a fortiori, celui de leur maintien à domicile. Pourtant, cet exercice est un préalable indispensable aux choix effectués par les politiques publiques, opérés jusqu’à présent sur la base de repères financiers trop sommaires.Décomposition des surcoûts liés à la perte d’autonomie

Données 2011 en Md€

Établissement

Domicile

Total

Soins GIR 1-4

7,6

3,1

10,7

Dépense publique

7,7

3

10,7

Ménages

0

0,1

0,1

Hébergement GIR 1-4

6,4

0

6,4

Dépense publique

1,8

0

1,8

Ménages

4,7

0

4,7

Dépendance GIR 1-4

2,6

6

8,6

Dépense publique

1,9

5,1

7

Ménages

0,7

0,8

1,5

Sous-total

16,6

9,1

25,7

GIR 1-4

Dépense publique

11,2

8,2

19,4

Ménages

5,4

0,9

6,3

GIR 5-6

1,6

1

2,6

Dépense publique

0,6

1

1,6

Ménages

1

0

1

TOTAL

18,2

10,1

28,3

Dépense publique

11,9

9,2

21,1

Ménages

6,3

0,9

7,2

Source : Cour des comptes sur la base des données de la DREES, dossier Solidarité et Santé, n° 50,

Ainsi, selon ces données, le surcoût du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes s’élèverait à environ 10,1 Md€ (valeur 2011). Ce montant serait financé par la sécurité sociale à hauteur de 4,7 Md€, par les départements pour 4,2 Md€, par l’État pour 0,3 Md€, et par les ménages pour 0,9 Md€.

La DREES a réalisé en 2011, sur des données de 2007, une « analyse des montants des plans d’aide accordés aux bénéficiaires de l’APA à domicile au regard des plafonds nationaux applicables »63. Cette étude montre que 26 % des bénéficiaires de l’APA à domicile ont des plans d’aide saturés, c’est-à-dire supérieurs aux plafonds déterminés par la loi, cette proportion étant plus élevée pour les GIR 1 (44 %). Ce constat est significatif d’une sous-estimation d’une partie des besoins : elle se traduit, soit par une contribution financière supplémentaire à la charge des personnes âgées ou de leurs proches, soit par un renoncement aux soins.

Évolution du financement public et par les ménages du maintien à domicile entre 2011 et 2060 (en € cons- tants)
Source : Cour des comptes d’après données DREES, dossier Solidarité et Santé, n° 50, février 2014

Évolution des financements entre 2011 et 2060 (en euros constants)

2011 2060 Évolution

Pts PIB En Md€ Pts PIB EEnnMdd€€

Effort public

1,05

21,1

1,77 (+ 0,72)

35,4 (+ 14,3)

+ 68 %

À domicile

0,46

9,2

0,71 (+ 0,25)

14,2 (+ 5,0)

+ 54 %

En établissement

0,59

11,9

1,06 (+ 0,47)

21,2 (+ 9,3)

+ 78 %

Effort des ménages

0,36

7,2

0,81 (+ 0,45)

16,2 (+ 9,0)

+ 125%

À domicile

0,04

0,9

0,16 (+ 0,12)

3,1 (+ 2,2)

+ 244 %

En établissement

0,32

6,3

0,66 (+ 0,34)

13,1 (+ 6,8)

+ 108 %

TOTAL

1,41

28,3

2,58 (+ 1,17)

51,6 (+ 23,3)

+ 82 %

À domicile

0,50

10,1

0,86 (+ 0,36)

17,3 (+ 7,2)

+ 71 %

En établissement

0,91

18,2

1,71 (+ 0,80)

34,3 (+ 16,1)

+ 88 %

Source : Cour des comptes d’après données DREES, dossier Solidarité et Santé, n° 50, février 201

Cette tendance vers un déplacement de la ligne de partage entre financement public et financement privé met en lumière l’enjeu de la redistribution de l’aide publique entre ménages selon leurs niveaux de revenu. Des précautions doivent toutefois être prises dans l’utilisation de ces données, compte tenu du caractère très lointain de ces prévisions et des incertitudes liées aux progrès de la médecine et au développement des nouvelles technologies. Si ces projections contribuent à éclairer la réflexion collective, elles ne suffisent pas pour fournir aux décideurs publics les outils d’aide à la décision dont ils ont besoin.

Des acteurs à mieux coordonner

Au niveau national

La politique menée en faveur des personnes âgées dépendantes est, depuis les lois de décentralisation, partagée entre l’État, la sécurité sociale et les collectivités locales, en particulier les départements.

La direction générale de la cohésion sociale (DGCS) « définit et veille à l’application de la politique d’intégration dans la vie sociale et citoyenne, d’aide à l’autonomie, d’accompagnement et de prise en charge à domicile et en établissement […] des personnes âgées ».

Au sein même du ministère des affaires sociales, la régulation du secteur sanitaire, qui est essentiel pour les per- sonnes âgées dépendantes, est assurée à la fois par la direction générale de l’offre de soins (DGOS), chargée de l’organisation des établissements publics de santé et des conditions d’exercice des professions médicales et para- médicales, et par la direction de la sécurité sociale (DSS) qui, au-delà du rôle de tutelle qu’elle exerce sur les organismes de sécurité sociale, élabore et met en œuvre les politiques relatives à la couverture des risques, notamment maladie et vieillesse73.

L’articulation des compétences entre la DGCS, la DGOS et la DSS est réalisée principalement à travers le comité national de pilotage des Agences régionales de santé (CNP), ainsi que par des réunions de travail préparant des projets de loi ou des plans de santé publique (plans cancer ou maladies neurodégénératives). Ce travail de coordination manque de précision quant à la responsabilité réelle de chaque participant. Le secrétaire général des ministères des affaires sociales (SGMAS) fait état de projets visant à mieux articuler l’action des directions d’administration centrale et à mieux assurer la cohérence des travaux transversaux : la difficulté la plus notable reste cependant moins celle de la redondance des interventions que la concurrence latente entre ces directions d’administration centrale.

Au niveau local

La mise en place de l’APA a rendu nécessaire une coordination accrue entre les départements et les caisses régionales. Les personnes âgées relevant des GIR 1 à 4 sont, en effet, du ressort des départements, alors que les personnes les moins dépendantes (GIR 5 et 6) relèvent des organismes de sécurité sociale. Toutefois, cette coordination apparaît structurée de façon variable. Selon un bilan dressé par la CNAVTS, il n’existe pas de convention département-CARSAT dans 49 départements de France métropolitaine. La reconnaissance réciproque de la validité des évaluations du niveau de dépendance des personnes âgées pratiquées par leurs services respectifs n’est effective que dans 24 départements.

Mieux soutenir les ménages

Malgré l’intervention des pouvoirs publics, l’essentiel de la solidarité exprimée en faveur des personnes âgées dépendantes relève en grande partie de la sphère familiale. La progression des besoins, dans un contexte où les financements publics atteignent leurs limites, accroît la charge pesant sur les personnes âgées et leur entourage. Pour que la solidarité familiale puisse continuer à s’exercer pleinement, il convient de renforcer le soutien aux aidants et de cibler les aides financières sur les plus fragilisés.

Sans remettre en cause le caractère universel de l’APA, réaffirmé par la loi du 28 décembre 2015, une réorientation des aides vers les personnes les plus démunies pourrait se traduire par une modification des modalités de calcul de la participation financière à la charge du bénéficiaire, qui serait augmentée pour les derniers déciles de ressources, c’est-à-dire les personnes les plus aisées. Elle pourrait également reposer sur un élargissement de l’assiette des ressources, que ce soit par exemple par la révision du coefficient de 1,7 utilisé pour diviser les revenus d’un couple ou bien par la prise en compte dans les calculs de la résidence principale. Ces modifications, portant sur une des aides les plus importantes concernant le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes, viseraient à rendre plus efficientes les dépenses publiques.

Conclusion

La politique de maintien à domicile des personnes âgées dépendantes implique de multiples acteurs, tant au ni- veau national qu’au niveau territorial, qui devraient mieux se coordonner. Au niveau national, une approche plus transversale du pilotage doit être mise en œuvre. Au niveau territorial, la conférence départementale des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie, créée par la loi du 28 décembre 2015, devrait devenir un support de la coordination indispensable entre les acteurs : il serait de ce fait souhaitable que la programmation de l’offre sociale et médico-sociale entre rapidement dans son champ de compétence.

Par ailleurs, le chiffrage du coût global du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes est imprécis. Une plus grande exactitude est nécessaire, car ce chiffrage doit permettre d’éclairer les choix des politiques pu- bliques en fonction des niveaux de dépendance des personnes âgées, qu’il s’agisse de l’élaboration de l’offre de services ou des prestations qui leur sont destinées.

Enfin, le coût de la politique de maintien à domicile des personnes âgées dépendantes devrait s’accroître à court et à long terme. D’ores et déjà, les départements qui sont les premiers financeurs régulent leurs dépenses, tout comme l’assurance vieillesse pour le fonds d’action sanitaire et sociale.
Dans ce contexte, la charge pesant sur les personnes âgées dépendantes et leurs proches aidants va inévitablement augmenter. Il convient donc de veiller à ce que les aidants soient davantage soutenus et que l’APA soit attribuée de façon plus redistributive.

En conséquence, la Cour formule les recommandations suivantes :

  • Élargir à la programmation de l’offre la compétence de la conférence départementale des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées (DGCS) ;
  • Améliorer le chiffrage du coût de la dépendance et du maintien à domicile (DREES) ;
  • Développer la connaissance des restes à charge par des études, en mesurant précisément les coûtsrespectifs du maintien à domicile et de l’hébergement en établissement (DREES) ;
  • Suivre et soutenir dans les plans d’aide, les expérimentations locales faisant appel à des offres deservice de téléassistance et de domotique (DGCS) ;
  • Faire face aux besoins de financements futurs en modulant plus fortement l’APA en fonction des ressources des bénéficiaires (DGCS).

    Conclusion générale

    Le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie répond aux souhaits d’une très grande majorité de Français. Pour autant, le développement de cette politique est difficile à organiser car, si les évolutions démo- graphiques et la formulation des attentes de la population sont mieux connues, les mutations sociales, les progrès de la médecine et les nouvelles technologies rendent particulièrement complexe une projection précise des be- soins à satisfaire.

    Aujourd’hui, le choix des personnes concernées et de leurs familles est décisif dans le mode de prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie. Mais ce choix est fortement contraint par la disponibi- lité de l’entourage, par la connaissance de l’offre disponible, par la voie d’entrée – médicale ou sociale – dans les dispositifs, ou bien encore par les ressources de la famille.

    Pour faciliter l’exercice réel de ce choix, il est nécessaire de diffuser une information détaillée sur l’offre de services disponible. Pour les personnes les plus dépendantes, du fait de leur état de santé ou de leur iso- lement, les choix doivent être éclairés par une évaluation précise et multidimensionnelle de leur situation et par la proposition de prestations adaptées. Pour celles qui sont les plus isolées, il apparaît nécessaire d’apporter une aide concrète et d’assurer leur suivi.
    Actuellement, l’information est multiple, foisonnante, mais elle n’est pas nécessairement adéquate ni disponible à proximité. En conséquence, le public est trop souvent renvoyé d’instance en instance, chacune d’entre elles ne pouvant répondre qu’à une partie des questions posées. Il est nécessaire de mieux organiser localement la diffusion d’une information pertinente, en prenant appui sur les nouveaux outils des technologies de l’information et la communication et en accélérant le développement de supports les plus efficaces (portails internet, applications sur mobile, répertoire opérationnel des ressources).

    Une meilleure organisation de la fonction d’orientation des personnes doit être considérée comme une autre prio- rité. Il convient de s’assurer que chaque personne âgée est effectivement suivie et que les médecins traitants – qui jouent un rôle majeur en la matière – et les autres intervenants de premier recours sont fortement soutenus par des structures d’appui. S’il revient aux ARS d’identifier celles qui sont les plus adaptées, l’ensemble des pouvoirs publics doit s’attacher à les rendre opérationnelles, notamment grâce au développement des outils techniques nécessaires (messagerie sécurisée, évaluation multidimensionnelle partagée, mise en place de gestionnaires de cas).

Enfin l’offre de services de soins, qui s’est développée de façon empirique, sans véritable programmation par les pouvoirs publics et de façon inégale selon les territoires, nécessite une action globale de rationalisa- tion. La coordination qui s’amorce au niveau territorial dans les conférences départementales des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie devrait s’étendre à la programmation de l’offre sociale et médico-sociale.

En outre, certaines réformes entreprises de longue date méritent d’être menées à leur aboutissement. Il en va ainsi de la réforme de la tarification des services d’aide et de soins à domicile et de l’action de simplification des qualifications et des diplômes des intervenants à domicile. D’une manière générale, les services de soins et d’accompagnement à domicile devraient être encouragés à se regrouper, à mutualiser les fonctions support et à mettre à profit les technologies facilitant l’animation d’équipes itinérantes, voire de relayer l’intervention des professionnels en leur absence du domicile des personnes âgées.
Au terme de cette enquête, le premier message de la Cour porte en définitive sur la nécessité d’améliorer l’organisation des aides au maintien à domicile des personnes âgées dépendantes.
Mieux organiser la réponse aux attentes exprimées par les personnes âgées en perte d’autonomie, qui a une très forte majorité souhaitent rester à domicile aussi longtemps que leur état de santé le leur permet, est la première priorité que doit s’assigner la communauté nationale. Cela suppose de traduire les attentes subjectivement exprimées en besoins objectifs, en perfectionnant l’action d’information et d’orientation des familles, et en adaptant à la demande constatée la programmation de l’offre de services.
Améliorer l’organisation, c’est aussi coordonner plus efficacement, tant au niveau national qu’au niveau territorial, les multiples acteurs qui interviennent auprès des personnes âgées en perte d’autonomie, soit directement, soit indirectement. Une telle évolution suppose de mettre finaux cloisonnements qui subsis- tent entre les différents dispositifs destinés à coordonner les parcours, qui à cause de leur diversité et leur complexité, composent un système illisible. Les dispositifs nationaux de coordination devraient être appelés à fusionner et les ARS confortées dans leur vocation à répartir les responsabilités entre les équipes de professionnels de terrain, dont elles sont les mieux à même de mesurer l’efficacité et le potentiel.
Le deuxième message de la Cour porte sur la question d’un ciblage plus précis du financement de cette politique. Une meilleure visibilité sur le coût de la politique de maintien à domicile des personnes âgées dépendantes et de son évolution est un préalable indispensable à une meilleure anticipation des contraintes budgétaires qui pèseront à terme sur les différentes parties prenante. Les efforts de chiffrage accomplis depuis une dizaine d’année par le ministère chargé des affaires sociales doivent se poursuivre et être approfondis. Il faut aussi que les montants qui restent à la charge des personnes et de leurs familles soient mieux connus, de manière à mieux cibler les politiques publiques.

Quelles que soient les incertitudes qui pèsent sur les perspectives financières, la Cour estime en effet qu’à long terme la contribution des ménages au financement du maintien à domicile tendra à s’accroître plus rapidement que celle des collectivités publiques. Dans ce contexte, la question du ciblage des aides pu- bliques se posera de plus en plus. La loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillisse- ment a préservé le caractère universel de l’APA, mais les défis de l’avenir imposeront d’adapter avec précision son mode de répartition, ainsi que le recours aux dépenses fiscales, pour que ceux qui en ont le plus besoin, à cause de leur niveau de dépendance et de revenu, en soient dans les faits les principaux bénéficiaires.

C’est à cette double condition d’une amélioration de l’organisation et d’un meilleur ciblage des aides que la politique de maintien à domicile pourra atteindre les niveaux de cohérence, d’efficacité, d’efficience et d’équité permettant de mieux répondre aux attentes et aux besoins des personnes âgées dépendantes et de leurs familles.

Selon la cours des comptes : Malgré l’intervention des pouvoirs publics, l’essentiel de la solidarité expri- mée en faveur des personnes âgées dépendantes relève en grande partie de la sphère familiale. La progres- sion des besoins, dans un contexte où les financements publics atteignent leurs limites, accroît la charge pesant sur les personnes âgées et leur entourage. Pour que la solidarité familiale puisse continuer à s’exer- cer pleinement, il convient de renforcer le soutien aux aidants et de cibler les aides financières sur les plus fragilisés.

A noter dans le rapport : L’exclusion des personnes relevant du GIR 4 du bénéfice de l’APA est évoquée comme une solution possible au problème posé par l’augmentation des besoins de financement.

 

Liste des sigles

ADF : Assemblée des départements de France
ALD : affection de longue durée
AGGIR (grille) : autonomie gérontologique groupes iso-ressources
ANAH : agence nationale de l’habitat
APA : allocation personnalisée d’autonomie
ARDH : aide au retour à domicile après hospitalisation
ARS : agence régionale de santé
ASH : aide sociale à l’hébergement
AVS : assistant de vie sociale
CARSAT : caisse d’assurance retraite et de la santé au travail
CASF : code de l’action sociale et des familles
CCAS ou CIAS : centre communal d’action sociale ou centre intercommunal d’action sociale
CCP : coordination clinique de proximité (mise en œuvre dans les expérimentations PAERPA)
CESU : chèque emploi service universel
CLIC : centre local d’information et de coordination gérontologique
CNAMTS : caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés
CNAVTS : caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs salariés
CNP : conseil national de pilotage des ARS
CNSA : caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (établissement public national)
COG : convention d’objectif et de gestion
CPOM : contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens
CSG : contribution sociale généralisée
CTA : coordination territoriale d’appui (mise en œuvre dans les expérimentations PAERPA)
DARES : direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques
DEAS : diplôme d’État d’aide-soignant
DEAVS : diplôme d’État des auxiliaires de vie sociale
DGCS : direction générale de la cohésion sociale
DGOS : direction générale de l’offre de soins
DIREECTE : direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi
DMP : dossier médical personnel
DREES : direction de la recherche, de l’évaluation, des études et de la statistique
DSS : direction de la sécurité sociale
EHPA : établissement d’hébergement des personnes âgées
EHPAD : établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes
ESA : équipe spécialisée Alzheimer
FINESS : fichier national des établissements sanitaires et sociaux
FIR : fonds d’intervention régional (géré par les ARS)
FNASSPA : fonds national d’action sanitaire et sociale en faveur des personnes âgées
GCSMS : groupement de coopération sociale et médico-sociale
GIR : groupes iso-ressources
HAD : hospitalisation à domicile
HCAAM : Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie
HCF : Haut Conseil de la famille
HPST : loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires dite « loi HPST » IGAS : Inspection générale des affaires sociales
LASV : loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement
MAIA : maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer ou, depuis la loi du 28 décembre 2015, méthode d’action pour l’intégration des services d’aides et de soins dans le champ de l’autonomie
OCDE : Organisation de coopération et de développement économiques
ONDAM : objectif national de dépenses de l’assurance maladie
PAERPA : parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d’autonomie
PAP : plan d’aide personnalisé
PCH : prestation de compensation du handicap
PIB : produit intérieur brut
PLFSS : projet de loi de financement de la sécurité sociale
PQE : programme de qualité et d’efficience (annexé au projet de loi de financement de la sécurité sociale)
PRADO : programme d’accompagnement au retour à domicile après hospitalisation
PSD : prestation spécifique dépendance (remplacée depuis 2002 par l’APA)
SAAD : service d’aide et d’accompagnement à domicile
SSIAD : service de soins infirmiers à domicile
SPASAD : service polyvalent d’aide et de soins à domicile
SROMS : schéma régional d’organisation médico-sociale
TFPB : taxe foncière sur les propriétés bâties
UNCAM : union nationale des caisses d’assurance maladie
USH : Union sociale de l’habitat

 

Posted in Non classé, Revue de presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.