le Président Association France Dépendance, repond à Madame la Secrétaire d’État chargé des personnes âgées et de l’autonomie

Jérôme Ripoll le Président Association France Dépendance, notre partenaire, nous a adressé le courrier  qu’il a adressé à Madame la Secrétaire d’État chargé des personnes âgées et de l’autonomie, Madame Pascale Boistard 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,
Je tiens tout d’abord à vous remercier pour la réponse, que vous m’avez faite suite à ma lettre ouverte.

Le point sur lequel nous pouvons nous retrouver est qu’effectivement, les mesures que vous avez instaurées, notamment sur la revalorisation de l’APA des minima sociaux, représentent une petite amélioration par rapport à ce qui existait précédemment pour 15% des bénéficiaires de l’APA.

En effet, grâce à cette revalorisation, et à votre nouvelle loi, une personne qui bénéficie des minima sociaux, soit 800€ par mois, pourra bénéficier, s’il est en GIR1, d’un plan d’aide pour l’accompagner dans ses tâches quotidiennes de 1 713,08 euros par mois. Parfait !

Madame, et pour rappel, sachant que le coût horaire pour la prestation d’une auxiliaire de vie, est en moyenne 20€ de l’heure, cela signifie que vous offrez à une personne qui gagne 800€ mois, et qui est dans la dépendance absolue, moins de 3 heures par jour pour que l’on s’occupe d’elle ?

Madame, et pour rappel, le GIR 1 est défini comme tel :  Personne confinée au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessite une présence indispensable et continue d’intervenants, ou personne en fin de vie.

 (Source : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1229 )

N’est-il pas de la responsabilité de l’État, la CNSA ou les départements de répondre à cette définition? « Gir 1, Personne qui nécessite une présence indispensable et continue d’intervenants ».

De plus, le congé sans solde pour les proches aidants que vous avez mis en place, aura pour conséquence de culpabiliser ces derniers et de les rendre otages d’une situation où l’Etat a démissionné.

Vous le savez, 1,3 million c’est le nombre de personnes dépendantes. En 2040, il y aura 2 millions de français en perte d’autonomie, selon les estimations de l’Insee et de la Drees.

Selon « Le compte de la dépendance », publié en février 2014 par la Drees, le coût total de la prise en charge de la perte d’autonomie s’élève à 28,3 milliards d’euros, dont 21,1 milliards pour les pouvoirs publics et 7,2 milliards pour les ménages, soit 1,41 % du PIB.

Ces dépenses, comme vous le savez vont s’accentuer : en 2060, le coût pour les seules finances publiques est estimé à 35 milliards d’euros !!!

Potentiellement, si le nombre de dépendants double dans les années à venir, il en sera de même pour les accompagnants, qui pourraient être plus de 8 millions d’accompagnants en 2040, soit 10 millions de personnes concernées par la dépendance.

Comme vous le soulignez dans votre courrier, nous sommes dans un contexte budgétaire contraint et il est à craindre que ce ne soit le cas pour longtemps !!! De ce fait, dans le cadre d’une politique responsable, il nous semble urgent de refonder totalement le système de prise en charge de la dépendance.

Aussi pour répondre à cet enjeu sociétal, l’Association France Dépendance est en mesure de faire des propositions concrètes afin de répondre aux :

  • Besoins des aidants (actuels).
  • Besoins des dépendants (futurs).
  • Besoins des finances publiques (moyen et long terme)

Si vous en avez la volonté, nous sommes tout à fait prêts à partager nos travaux afin de répondre à cette cause qui nous concerne ou nous concernera tous !

Courtoisement.

Jérôme Ripoll
Président
Association France Dépendance
140 allée Fantin Latour | 38330 Montbonnot Saint Martin
T. +33 (0)6 60 99 66 60 | www.francedependance.org

Posted in Revue de presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.