Évolution des thérapies géniques pour la SLA | Ligue SLA Belgique asbl

Il y a plusieurs formes de SLA et la distinction entre ces formes se fait surtout à base des anomalies de l’ADN. Les anomalies de l’ADN provoquent des protéines ayant des propriétés toxiques. Ces protéines contribuent à la genèse de la maladie.  Grâce aux progrès scientifiques, on commence à avoir maintenant des possibilités pour influencer les anomalies de l’ADN. Chaque patient SLA peut avoir une autre anomalie de l’ADN. Il est donc de plus en plus important de savoir quel patient ait quelle anomalie de l’ADN, puisqu’on développe des médicaments qui visent le niveau de l’ADN. Le traitement de la SLA à l’avenir sera sans doute différent par patient (traitement sur mesure, également connu sous le nom de ‘médecine de précision’). Dans cet article, nous donnons un aperçu des derniers développements au sujet des thérapies géniques pour la SLA.

Gen, DNA

À l’heure actuelle, il existe deux techniques prometteuses pour les défauts de l’ADN qui jouent un rôle dans les maladies héréditaires: le CRISPR-Cas et la thérapie antisense (ASO). Ces types de traitement sont à des stades de développement différents. Il n’est pas clair encore si la thérapie génique en SLA sera couronnée de succès. Une thérapie génique ou thérapie ASO ciblera toujours un groupe particulier de patients avec une anomalie génétique spécifique. Ce qui suit est une brève description du fonctionnement de ces formes de thérapie.

Réparer les erreurs de l’ADN avec le CRISPR-Cas

Le CRISPR-Cas est une nouvelle technique qui permet de couper et de coller dans l’ADN de façon très précise. Ainsi des erreurs dans le matériel génétique peuvent être supprimées ou réparées. Genome editing, comme fait le CRISPR-Cas, répare donc les gènes qui causent des maladies. Pour l’instant, c’est une technique utilisée principalement en laboratoire et ce dans des cellules cultivées. Là, elle semble avoir des effets tout à fait spectaculaires. Il n’est pas encore possible d’utiliser le CRISPR-Cas dans les animaux de laboratoire, et encore moins chez les humains. Avant cela, il faudra encore des avancées importantes. Toutefois, si cela réussit, il serait théoriquement possible de réparer l’ADN avec des effets secondaires persistants et minimes. A ce jour, on ignore si et quand le CRISPR-Cas sera appliqué mais ALS Centrum suit les évolutions de près.

Masquer les erreurs de l’ARN avec le antisense

La thérapie antisense est une autre façon de corriger les effets des erreurs dans l’ADN. Cette technique est déjà beaucoup plus avancée, il existe même déjà un médicament actif mis au point pour l’atrophie musculaire spinale (SMA), une maladie musculaire de l’enfant. Notre corps fabrique des protéines en faisant une copie (ARNm) d’un gène (fragment d’ADN) qui sera ensuite livrée à l’usine de protéines dans la cellule (ribosome). La thérapie antisense se lie à une partie spécifique de l’ARNm et assure qu’il est interrompu. En conséquence, nulle protéine anormale n’est produite. Pour chaque gène, il faut une thérapie antisense spécifique. En théorie, une thérapie antisense est faisable pour chaque gène. Cependant, le développement de cette thérapie nécessite beaucoup de temps.

SOD1

Plus de 25 gènes connus liés à la SLA

 

Au départ du projet mondial Project MinE (étude à grande échelle sur les anomalies d’ADN en SLA) nous avons espéré qu’il serait possible dans un avenir proche à traiter la maladie au niveau de l’ADN. Les découvertes du Project MinE sont à ce jour en effet un cible direct pour développer des traitements. Il y a déjà plus de 25 gènes connus en SLA et chaque année il y en a en plus. Pour deux mutations génétiques il existe déjà la thérapie antisense dans des phases précoces d’étude. Il n’y a donc aucun traitement, mais des évolutions positives qui se succèdent rapidement.

Thérapies antisense pour le SOD1 et le C9orf72 en SLA dans les premières phases de développement

Tant pour la mutation SOD1 que pour celle du C9orf72 la thérapie antisense a été développée. En ce moment, une étude globale de phase 1 est en cours pour les patients SLA ayant une mutation dans le gène SOD1. Cette étude n’a pas lieu dans l’ALS Centrum parce que les mutations du gène SOD1 sont trop rares aux Pays-Bas. Les résultats de cette étude sont attendus au début de 2019.

L’étude de phase 1 avec l’ASO pour le gène C9orf72 n’a pas encore commencée. Environ   11 % des patients ayant la SLA aux Pays-Bas ont le gène C9orf72 muté. Cette étude internationale de phase I sur une thérapie antisense pour le C9orf72 est en stade de préparation. Une étude de phase 1 vise à étudier seulement la sécurité du produit et n’est pas encore axée sur l’efficacité. ALS Centrum s’engage maximalement pour participer à cette étude. Il est prévu que cette étude débute au courant de 2018.

 

Source : Évolution des thérapies géniques pour la SLA | Ligue SLA Belgique asbl

Posted in La recherche !.

4 Comments

  1. bonjour, je lis avec beaucoup d’intérêt toutes les informations que vous nous donnez, merci beaucoup. mon mari avait justement le gêne C9orf72, ça me fait du bien de savoir les progrès de la science et d’espérer que d’autres malades puissent en bénéficier. cordialement,

  2. L’étude de sécurité pour le C9orf72 prévue cette année inclut elle la France ? Et si oui , comment y participer ? Ces info donnent de l’espoir mais la maladie progresse si vite et je m’interroge sur l’intérêt de tenter de survivre encore quelques mois si ces découvertes pouvaient déboucher sur un traitement à moyen terme…

  3. j ai eu mon dianostique le 22 janvier 2018 et la maladie progresse vite j amerais savoir si il a de l espoire de ralentir ou de guerir cette maladie avec ces niuveau traitement je peut tu y participer je vien de quebec ici il peuve rien pour moi .

    • Bonjour

      Aux États unis il y a Edaravone qui est prescrit pour des malades rentrant dans des critères très spécifiques Rapprochez-vous de votre neurologue afin de le questionner au sujet de ce médicament
      Amicalement
      Patrick Halet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.